Bien que les taux des emprunts immobiliers commencent à remonter, inutile de céder à la panique puisque les taux devraient rester encore très bas au cours des prochains mois. Toutefois, les records des taux des emprunts immobiliers les plus bas sont déjà passés et on remarque une hausse généralisée.

La raison de l’augmentation du taux des emprunts immobiliers

Les établissements bancaires ont récemment commencé à rehausser leur taux immobilier. Cette augmentation est due à la flambée des taux obligatoires qui représentent en partie les taux de refinancement bancaire. Le taux OAT est majoritairement fixe, son remboursement correspond à la valeur nominale de l’obligation appelée également coupon. Son indemnisation a lieu à une date précise. En France, les taux à 10 ans ou OAT se stabilisent entre 0,7 % et 0,8 %. Rappelons que le taux est estimé à 0,45 % avant l’élection de Donald Trump ainsi que le retour des anticipations inflationnistes. Le record historique du plus bas taux OAT 10 ans date de fin septembre 2016, il atteignait 0,1 %.

État des lieux de l’augmentation du taux des emprunts immobiliers

La remontée des taux longs OAT 10 ans se répercute avec l’augmentation du taux des emprunts immobiliers suite à la baisse des barèmes de taux immobiliers bancaires. Cette année, le taux immobilier des banques a diminué d’environ 1 %. Malgré cette augmentation, les banques proposent toujours à leurs clients un taux court proche de 0. Ce dernier est garanti notamment par la politique monétaire de la BCE. Il est valable tant que l’inflation n’est pas de retour.

Selon le profil de l’emprunteur et la durée du prêt, les banques réajustent leurs barèmes de manière modérée entre +0,05 % et +0,20 %. Certaines banques n’hésitent pas à relever leur taux dans des proportions significatives de +0,30 %. Les emprunteurs qui ont un revenu annuel inférieur à 30 000 € sont concernés par la forte hausse de taux de +0,20 % sur une durée de crédit de 20 ans.

Suivre l’évolution du taux de l’OAT

C’est surtout en décembre qu’on assiste à un mouvement global de remontée des taux de crédit chez de nombreux établissements bancaires. Grâce aux objectifs financiers des établissements bancaires et leur volonté à vouloir maintenir des taux attractifs, il n’est pas nécessaire de paniquer. En effet, les taux devraient rester très bas au cours des prochains mois avec probablement un taux inférieur à 2 % en moyenne sur 20 ans. La hausse à venir risque de compliquer les renégociations des prêts.