Actuellement, les opérations de surélévation d’immeubles sont encouragées par la mairie de Paris. Bientôt, d’autres agglomérations pourront peut-être encourager à leur tour ce type d’opération. Ce type d’intervention peut se révéler très rentable aux copropriétés. Il suffit d’établir un business plan très précis avant de commencer les travaux.

Les nouvelles règles d’urbanisme de la mairie de Paris

L’objectif d’Anne Hidalgo l’actuelle maire de Paris consiste à encourager fortement les copropriétés à créer 40 000 logements supplémentaires. En effet, les nouvelles règles d’urbanisme appliquées par la maire de Paris simplifient les surélévations des immeubles de telle sorte que l’on peut arrondir les fins de mois en aménageant et en vendant un nouvel appartement situé sur le toit de son immeuble.

Pour bénéficier des avantages économiques de cette opération, il est indispensable que la transformation se fasse avec l’intervention d’un architecte et que le coût de la prestation soit estimé aux alentours de 18 % du montant des travaux. Il faudra également faire appel à un bureau d’études et un géotechnicien qui devra valider que les fondations de l’immeuble pourront supporter les travaux de rénovation.

Exemples de prix pour la transformation des combles

La transformation d’un comble de 100 m² en logement habitable coûte près de 450 000 € pour l’ensemble des travaux. À ce tarif, on doit ajouter 81 500 € de frais d’architecte qui représente 18 % du coût général des travaux ainsi que 15 000 € d’étude de faisabilité pour payer l’intervention du bureau d’études et l’honoraire du géotechnicien.

Les frais de syndic qui s’occupe d’accompagner l’architecte dans le suivi des travaux s’élèvent à 9000 € et 20 000 € pour l’intervention obligatoire du bureau de contrôle en fin de chantier. La facture globale de la transformation des combles d’un immeuble atteint 575 500 €.

Les gains générés pour chaque copropriétaire

À la fin des travaux, on doit valoriser le nouvel appartement afin de le revendre au meilleur prix. La plus-value potentielle est plus importante si le bien immobilier est situé dans des quartiers chics, qu’il possède une belle vitrée donnant une vue imprenable sur la ville où qu’il soit situé à proximité des monuments historiques… Grâce à la revente de l’espace aménagé, on peut enregistrer une plus-value d’environ 250 500 €, le prix moyen d’un appartement parisien en octobre 2016 et de 8260 €/m². Ainsi, chaque propriétaire d’une copropriété classique parisien de 15 logements empoche 16 700 € (250500 / 15).