Les obsèques sont des étapes importantes, voire obligatoires, en cas de décès d’un proche. Cependant, les procédures qu’elles engendrent peuvent coûter très cher. Pour y remédier, de nombreuses personnes préfèrent souscrire à une assurance obsèques, afin d’amoindrir au minimum les dépenses relatives aux funérailles et enterrements. Mais alors, de quoi s’agit-il ? Et comment fonctionne-t-il ?

L’assurance obsèques : qu’est-ce que c’est ?

L’assurance-décès est apparue pour la première fois dans les années 1818. Mais il faudra attendre presque deux siècles après, c’est-à-dire en 2004, pour qu’elle soit encadrée par la loi. Par définition, il s’agit d’un contrat de prévoyance obsèques, qu’on conclut avec un assureur.

Le but est de pouvoir financer l’organisation et le déroulement des obsèques. En effet, de nombreux éléments doivent être effectués durant cette période : l’achat de cercueil, la réalisation des faire-part, l’organisation de cérémonie d’enterrement, etc. Toutes ces procédures engagent énormément de frais que la famille n’a pas toujours la possibilité de financer. Du coup, pour ne pas leur donner des fardeaux, la personne préfère souscrire à une assurance obsèques dès son vivant.

La souscription à une assurance obsèques suppose donc que l’assureur se charge de toutes les dépenses liées aux obsèques lors du décès de l’assuré. En échange, l’assuré doit payer des cotisations régulièrement. Si vous voulez plus d’informations sur ce sujet, alors rendez-vous sur ce site www.assurances-obseques.info.

L’assurance obsèques : quelles sont les conditions pour y souscrire ?

Comme tout type de contrat, la convention obsèques est assujettie à certaines conditions.

Pour y souscrire, il faut que l’assuré soit un résident de la France ou d’un des départements d’outre-mer. Pour la question liée à l’âge, il n’y a pas de limite pour souscrire à une assurance obsèques. Néanmoins, la plupart des assurés ont en moyenne 60 à 70 ans.

Il faut également désigner un bénéficiaire. C’est la personne, à qui l’assureur va confier la somme d’argent au moment du décès de l’assuré. Elle doit donc être une personne de confiance pour éviter les escroqueries. Le bénéficiaire peut être un membre proche ou externe au souscripteur. Il peut donc s’agir d’un membre de la famille, d’une personne de son entourage, mais aussi d’une entreprise de funèbre de confiance. Cette dernière option offre un avantage de sécurité et une meilleure organisation. Néanmoins, l’assuré peut choisir son bénéficiaire comme il le veut, sans aucune contrainte.

L’assurance obsèques : comment fonctionne-t-elle ?

La première chose à faire pour bénéficier d’un financement aux obsèques est de souscrire une assurance. Néanmoins, avant de le faire, il est toujours préférable de comparer les diverses offres. Il se peut, en effet, qu’on trouve deux prestations identiques, mais avec des prix différents. Pour trouver le bon, n’hésitez pas à demander des devis. À travers ces estimations, vous saurez le type de services et tarifs proposés par l’assureur.

Dès que vous avez choisi votre assurance, il est temps de conclure les contrats obsèques. Vérifiez bien les contenus et clauses avant de signer. Il faut qu’il soit adapté à vos besoins et exigences. Vous pouvez ainsi choisir la nature de vos obsèques, les modalités d’organisation de la sépulture, etc.

Il faut par ailleurs mentionner le capital que vous souhaitez souscrire ainsi que les modalités de paiement des cotisations. En principe, il y a 3 types de financement de cotisations : le dépôt unique qui se fait en une seule fois, la prime viagère qui impose des versements réguliers jusqu’à la mort, par exemple tous les mois, les ans ou les trimestres. Enfin, il y a le paiement temporaire, c’est-à-dire le versement de cotisations régulières pendant une période donnée.

Lorsque l’assuré décède, la somme issue de l’assurance ainsi que la garantie obsèques seront remis au bénéficiaire.